[Autochtones-cop21] Notre amie Wahleah Johns (de la Nation - Diné - Navajo) devient la Directrice du Bureau de l'énergie en territoire autochtone au Département de l'énergie des États-Unis.

Silvanu silvanu at samizdat.net
Jeu 18 Mar 15:04:49 CET 2021


    Notre amie Wahleah Johns (de la Nation - Diné - Navajo) devient la
    Directrice du Bureau de l'énergie en territoire autochtone au
    Département de l'énergie des États-Unis.

Après la nomination historique de Deb Haaland (Laguna Pueblo) en tant 
que Ministre de l'Intérieur du Gouvernement Biden, nous sommes fière de 
vous annoncer que notre amie et alliée *Wahleah Johns (de la Nation - 
Diné - Navajo)*, qui était avec nous à Bobigny en 2008, lors des 
célébrations des 30 ans du CSIA-Nitassinan et également à Paris, lors de 
la COP21 en 2015 (où elle a notamment participé au rassemblement 
co-organisé par le CSIA et IEN devant l'Espace Drouot pour dénoncer la 
vente aux enchères de masques et d’objets sacrés diné-navajo), *vient 
d'être nommée Directrice du Bureau de l'énergie en territoire autochtone 
au Département de l'énergie des États-Unis. **
*


      Félicitation Wahlehah !

--- le CSIA-Nitassinan

/*[ Mémoire CSIA ]* Lors de la Journée d'octobre 2008 à la salle Pablo 
Neruda (Bobigny), marquant les 30 ans de notre association, nous avions 
invité Wahleha en tant que représentante de //Black Mesa Water Coalition 
et de Indigenous Environemental Network (IEN). //Elle était intervenue 
sur la table ronde "Défense des terres et territoires autochtones" aux 
côtés de la légende Juan Chavez (Puerepecha du Mexique, porte-parole du 
CNI et conseillé de l'EZLN lors des Accords de San Andrès) - aujourd'hui 
disparu, Felix Tiouka (Kali'na de Guyane) et Silvia Ancan (Mapuche du 
Chili) . Lors de cette Journée, il y a eu également des interventions de 
Kenneth Deer et Thomas Deer (Mohawk de Kahnawake - Canada), Kari Ann 
Cowan-Peltier (Anishinabe, nièce de Leonard Peltier), Solange Behoteguy 
(Première secrétaire de l'Ambassade de Bolivie), Esperanza Sanchez 
Espitia (Colombie).../

Voici une trace rapide de l'intervention de Wahleha :
*
*
*WAHLEHA JOHNS*
(Diné - USA)

/Originaire de la communauté de Forest Lake,//
//sur la réserve Navajo en Arizona. Elle assiste dès son plus jeune âge,//
//aux effets destructeurs de l'exploitation minière. En 2001, alors 
étudiante//
//elle co-fonde "Black Mesa Water Coalition/"

"Je commencerais par souligner, en ayant écouté mes deux frères avant 
moi, qu’il est toujours désolant de réaliser que les mêmes problèmes se 
posent partout, quels que soient les peuples autochtones concernés, où 
que vous soyez, je ne me serais pas exprimé autrement, avec les mêmes 
mots pour en parler !

L’endroit d’où je viens, s’appelle Black Mesa, en Navajo, en Diné. Black 
Mesa est une montagne " féminine ", créée ici même par les esprits, sa 
force nous est supérieure. A ses côtés, existe son pendant " masculin "  
et quatre autres montagnes sacrées, qui entourent la réserve Navajo, à 
l’Ouest, à l’Est, au Nord et au Sud. Elles forment une sorte de diamant, 
avec au centre, Black Mesa et la montagne masculine.

Nous avons deux principales rivières sur la réserve, une à l’Ouest et 
une à l’est, et deux cours d’eau moins influents dans la région. Pour 
nous, toute cette zone dont je vous parle, est notre autel, au sens 
religieux et spirituel du terme, c’est notre foyer, c’est là que les 
esprits ont voulu que nous vivions en harmonie avec la nature. Des 
enseignements transmis de mes parents et de mes grands parents, j’ai 
réalisé que ce territoire représentait notre identité et qu’il nous 
fallait le préserver. Sur ce territoire, une compagnie des Etats-Unis 
exploite depuis presque 30 ans une des plus grandes mines de charbon à 
ciel ouvert du pays. Nous soutenons, moi, ma famille, et tous les gens 
qui habitent cette région, l’organisation " Black Mesa Water coalition 
", fondée par des jeunes, pour lutter contre cette mine et pour l’accès 
à l’eau. En effet, " Peabody " pompe notre eau (environ 3 millions de 
galons), depuis presque 35 ans, une eau très saine. Cette eau est 
transportée pour être transformée en électricité, à plus de 500 
kilomètres de la réserve, pour y alimenter le sud-ouest des Etats Unis, 
résultat, la plupart de nos sources se sont asséchées, et notre nappe 
phréatique diminue petit à petit, inévitablement.

Beaucoup d’anciens considèrent que le charbon est le foie de cette 
région, et ce foie a une fonction en lien avec la Terre Mère. Son rôle 
est de la purifier, le charbon doit donc rester là où il est, comme tous 
les autres éléments, que vous appelez les ressources naturelles. De la 
même manière que notre corps souffre, lorsque que vous l’amputez d’un 
organe, la Terre Mère souffre elle aussi, si on lui enlève son foie ou 
tout autre élément comme l’uranium et le pétrole.

Avec mon organisation, nous avons d’abord visité les communautés en nous 
réunissant, pour les informer afin qu’elles puissent s’organiser et 
faire pression sur notre gouvernement tribal, sur le gouvernement de 
l’Etat et sur le gouvernement fédéral. Le gouvernement tribal ne 
représente pas nécessairement les gens qui vivent sur ces terres de 
Black Mesa. Nous voulions qu’il réalise qu’il ne faut pas utiliser cette 
eau en la gaspillant. Dans la communauté d’où je viens, et dans celles 
avoisinantes, beaucoup de gens sont fermiers ou éleveurs : ils sont 
obligés d’aller chercher l’eau à la rivière n’ayant pas accès à l’eau 
courante. Il est plutôt cynique, que nous fournissions, depuis 35 ans, 
l’eau à tout le sud ouest des Etats Unis, en aidant en cela, des 
communautés à se développer, alors que pleins de gens chez nous, n’ont 
pas l’eau courante, ni l’électricité. L’augmentation du prix de 
l’essence n’arrange en rien le problème de ces familles ! La sécheresse 
est aussi un problème grandissant dû au changement climatique. Je suis 
fier d’appartenir à ma communauté , je suis fier de notre lutte pour 
l’amélioration de nos conditions de vie, du respect de nos traditions et 
des enseignements spirituels qui nous ont été transmis. Mais c’est un 
combat difficile, nous sommes dans le ventre de la bête, puisque c’est 
notre propre gouvernement tribal qui a signé l’accord avec " Peabody ". 
Il faut toujours affronter cette machine administrative et 
bureaucratique. Nous sollicitons notre gouvernement tribal, pour qu’il 
encourage les " emplois verts " comme je les appelle, liés à nos 
traditions, tissage, culture des plantes utilisées par notre communauté. 
Nous voulons parvenir à l’autosuffisance, favoriser les échanges……et 
continuer de faire pression, contre ce gouvernement tribal qui encourage 
toujours l’exploitation du charbon. Nous essayons, en ce sens, de faire 
passer une loi, avec le soutien d’un leader Navajo.

Pour conclure, je dirais que nos luttes sont toutes liées, et qu’il faut 
affronter ces états qui en veulent toujours plus, les Etats-Unis comme 
les autres, et je ne parle pas seulement pour ma communauté, mais d’une 
façon plus générale.

Merci"

*Site :*
www.blackmesawatercalition.org et www.ienearth.org
-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe HTML a été nettoyée...
URL: </pipermail/autochtones-cop21/attachments/20210318/a2817e20/attachment-0001.html>
-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe autre que texte a été nettoyée...
Nom: wa.jpg
Type: image/jpeg
Taille: 167836 octets
Desc: non disponible
URL: </pipermail/autochtones-cop21/attachments/20210318/a2817e20/attachment-0001.jpg>


Plus d'informations sur la liste de diffusion Autochtones-cop21