[CNT Contacts.38] textes / CGT +CES

edouard G edgloa at no-log.org
Mar 22 Juil 15:17:42 CEST 2003


(Redirected by "Patrick interco.38" <pvergain at cnt-f.org>)

*********** BEGIN REDIRECTED MESSAGE  ***********

Je vous fais suivre ces textes trouv=E9s sur internet.
Edouard Gloanec

Pourquoi la C.G.T. n'appelle pas =E0 la gr=E8ve g=E9n=E9rale

Aldo


Pour Marx, les mouvements des masses sont autonomes, ind=E9pendants et les 
organisations politiques socialistes ou communistes ne sont que " 
l'expression d'un mouvement historique qui s'op=E8re sous nos yeux". 
Jusque l=E0 pas trop de probl=E8mes!

L=E9nine infl=E9chit les constats et th=E9ories de Marx. Il se m=E9fie de
la 
spontan=E9it=E9 des masses: "elle n'est que la forme embryonnaire du 
conscient", la conscience de classe ne peut qu'=EAtre apport=E9e de 
l'ext=E9rieur" (le parti bolchevik) et donc "l'avant garde
r=E9volutionnaire 
doit se garder de toute soumission servile =E0 la spontan=E9it=E9 du
mouvement 
ouvrier". (L=E9nine Que faire). N'oublions pas que Bernard Thibault est 
membre du bureau politique du PC! Fondamentalement l'id=E9ologie
l=E9niniste 
entra=EEne ses disciples =E0 se m=E9fier des mouvements de masses
spontan=E9s ou 
auto-organis=E9s parce qu'ils d=E9bordent le parti (le mouvement social 
pourrait bien s'en passer). Pour eux, la conscience de classe ne peut 
na=EEtre spontan=E9ment au sein des masses (consid=E9r=E9es comme mineures
et 
abruties, ali=E9n=E9es par les contingences mat=E9rielles quotidiennes)
mais 
au sein des partis d'avant garde (on y adh=E8re par choix id=E9ologique
donc 
lorsque la conscience de classe est aboutie). D'o=F9 le m=E9pris pour les 
syndicats (viviers instrumentalis=E9s) et leurs revendications
imm=E9diates, 
m=EAme en p=E9riode de lutte.

Ces tendances profondes de l'id=E9ologie qui r=E8gne depuis des d=E9cennies
=E0 
la CGT ( voir en 36 et 68, la CGT freine d=E9j=E0, secr=E9taires toujours 
membres du BP du PC) ou =E0 la FSU ( les m=EAmes aux commandes) sont 
associ=E9es depuis une dizaine d'ann=E9e =E0 une tendance bureaucratique 
convertie au lib=E9ralisme (permanents syndicaux, gauche plurielle 
"r=E9aliste" au pouvoir) qui d=E9veloppe une nouvelle strat=E9gie de 
rapprochement avec la CFDT pour participer =E0 la CES ( voir pi=E8ce
jointe, 
texte =E9crit il y a un an =E0 l'occasion du sommet europ=E9en de
Bruxelles, 
voir encadr=E9s sur retraites et =E9duc).

Difficile sans ces conditions d'esp=E9rer que la CGT appelle =E0 une
gr=E8ve 
g=E9n=E9rale qu'elle ne peut contr=F4ler et qui porte sur des
revendications 
qui imposent une rupture avec la tendance n=E9o lib=E9rale ou capitaliste (

taxer le capital pour assurer la r=E9partition et les 37,5 maximum).

Pour les anarcho-syndicalistes, la gr=E8ve g=E9n=E9rale est l'arme
sp=E9cifique 
des masses autonomes, leur propre cr=E9ation (les statuts interdisent la 
soumission du syndicat aux organisations politiques: pas de secr=E9taire, 
tr=E9sorier ou porte-parole m=EAme local membre d'un parti quel qu'il
soit). 
La conscience des travailleurs se construit dans la gr=E8ve et cette
gr=E8ve 
ne doit pas prendre un caract=E8re politique (au sens de parlementariste 
ou =E9lectoraliste) car elle porte en elle sa propre capacit=E9 =E0 imposer

ses revendication (c'est nous qu'on bosse, qu'on produit, si on 
arr=EAte....c'est pas au patronat, c'est pas =E0 Matignon....la vrai 
d=E9mocratie elle est ici!). Le choix du syndicat (on y adh=E8re comme 
salari=E9 conscient de ses int=E9r=EAts imm=E9diats au d=E9part, pas par 
id=E9ologie) comme organisation de lutte est justifi=E9 par la confiance 
faite au salari=E9s =E0 d=E9velopper dans l'action, =E0 partir de la lutte 
collective lourdes int=E9r=EAts imm=E9diats (les salaires les cotisations 
patronales...) la conscience de classe (le projet de soci=E9t=E9 
anticapitaliste et antiautoritaire, =E9galitaire et solidaire, 
autogestionnaire)





La CES et le syndicalisme de connivence

Depuis sa fondation en 1973, la CES (Conf=E9d=E9ration europ=E9enne des 
syndicats ), ETUC en anglais (European Trade Union Confederation ) 
cherche =E0 nouer des relations avec le patronat et les instances 
politiques europ=E9ennes par le biais du "dialogue social europ=E9en".

C=92est ce dialogue avec l=92UNICE (Union des Conf=E9d=E9rations de
l=92Industrie 
et des Employeurs d=92Europe, MEDEF europ=E9en) et le CEEP (Centre
Europ=E9en 
des Entreprises =E0 Participation Publique, "Participation" !) qui a 
pr=E9par=E9 "l=92accord sur la politique sociale" (antisociale) annex=E9 au

trait=E9 de Maastricht en 1991, v=E9ritable couverture pour toutes les 
r=E9gressions sociales engag=E9es par les patrons et soutenues par les 
politiques =E9conomiques et mon=E9taires de l=92Union Europ=E9enne.

A Nice en d=E9cembre 2000 la CES demandait que la nouvelle " charte des 
droits sociaux fondamentaux" soit int=E9gr=E9e aux trait=E9s tout en
=E9voquant 
les limites de cette charte. (Avec cette charte en fait l'Union 
europ=E9enne r=E9=E9crit nos droits sociaux et les r=E9duit =E0 une peau de

chagrin, toujours un instrument de r=E9gression sociale.)

A Bruxelles, le comit=E9 ex=E9cutif de la CES a d=E9cid=E9 d=92organiser
une 
mobilisation syndicale revendicative le 13 d=E9cembre 2001 =E0 la veille du

sommet europ=E9en de Laeken. Cette nouvelle "euromanif " portera sur 
l'emploi, sur la " nouvelle gouvernance" et sur l'avenir de l'Europe. Le 
Sommet de Laeken lancera un nouveau processus de r=E9formes et la CES veut 
"y =EAtre associ=E9s avec les autres organisations de la soci=E9t=E9 civile
mais 
surtout avec le poids de ses 70 millions d=92affili=E9s en Europe". 70 
millions, quel g=E2chis ! Une nouvelle fois, la CES a choisi
d=92accompagner 
les projets et les d=E9marches des institutions europ=E9ennes
En effet la CES se positionne sur une "politique de mod=E9ration salariale 
compatible avec la stabilit=E9 mon=E9taire" pr=F4n=E9e par la commission.
Si son 
secr=E9taire E Gabaglio (et bient=F4t Nicole Notat, Seilli=E8re s=92en
f=E9licite 
d=E9j=E0) consid=E8re que la stabilit=E9 mon=E9taire "ne peut =EAtre une
fin en 
soi", il n'en a pas moins estim=E9 qu'elle reste "la pr=E9condition =E0 la 
r=E9alisation, au travers de la coordination des politiques budg=E9taires 
d'investissement et fiscales des =C9tats membres, du "plus" de croissance 
qui nous fait d=E9faut". En clair pas touche aux profits, aux =E9quilibres 
macro =E9conomiques, quelques miettes pour les salari=E9(e)s.
Les communiqu=E9s et les r=E9solutions de la CES sont tr=E8s
caract=E9ristiques 
de cette tendance =E0 accompagner les directives europ=E9ennes pour donner 
des gages de respectabilit=E9 et de repr=E9sentativit=E9. Ils sont
r=E9dig=E9s 
dans une langue alambiqu=E9e qui atteste de ses accointances avec les 
eurocrates de la commission.
RETRAITES. R=E9solution approuv=E9e par le Comit=E9 Ex=E9cutif de la CES
lors de 
sa s=E9ance des 13 & 14 d=E9cembre 2000.

"La CES est fermement attach=E9e aux syst=E8mes publics de pension qui 
devraient constituer l=92=E9l=E9ment fondamental, c=92est-=E0-dire la part
la plus 
importante, de la pension des retrait=E9s". "Ainsi, le cadre r=E9gulateur 
europ=E9en d=E9finira-t-il les conditions de leur mise en =9Cuvre.
Autrement 
dit, des fonds de pensions seront mis en place, apr=E8s accord entre 
partenaires sociaux au niveau appropri=E9 (national, secteur, 
entreprise)". "Les organisations de la CES, doivent =EAtre impliqu=E9es
dans 
les choix strat=E9giques et le contr=F4le des r=E9gimes de retraite 
professionnelle, =85Elles devront peser sur les strat=E9gies 
d=92investissement de mani=E8re =E0 promouvoir l=92emploi, c=92est-=E0-dire

favoriser, en mati=E8re d=92investissement, les entreprises qui sont 
soucieuses de d=E9velopper l=92emploi, celles que l=92on qualifie
g=E9n=E9ralement 
d=92entreprises "socialement responsables", et donc =E0 =E9viter les 
placements purement sp=E9culatifs".
L=92=C9DUCATION ET LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE. Strat=E9gies 
syndicales. R=E9solution adopt=E9e par le Comit=E9 Ex=E9cutif de la CES,
13-14 
juin 2001, Bruxelles.

"L=92=E9ducation et la formation tout au long de la vie pour toutes et tous

: un d=E9fi pour l=92Europe. L=92Union Europ=E9enne se trouve confront=E9e
=E0 des 
d=E9fis majeurs r=E9sultant de la mondialisation des march=E9s et des 
=E9conomies et de l=92introduction des nouvelles technologies, notamment
des 
technologies de l=92information et de la communication (TIC). La promotion 
de l=92innovation, le renforcement de la coh=E9sion sociale et
territoriale, 
l=92acc=E8s aux connaissances et =E0 l=92information, la promotion de 
l=92inclusion sociale et l=92insertion professionnelle font partie des 
r=E9ponses n=E9cessaires pour affronter ces d=E9fis avec succ=E8s. Pour la
CES, 
il faut repenser le mod=E8le traditionnel de distribution de 
responsabilit=E9s en mati=E8re d=92investissement : employeurs responsables

par la formation au sein des entreprises, individus payant leur 
formation =E0 des fins personnelles, pouvoirs publics responsables par la 
formation des ch=F4meurs et des exclus. La diff=E9rence entre les
int=E9r=EAts 
des entreprises et ceux des individus en mati=E8re de formation devient de 
plus en plus floue".

Les orientations de la CES sont donc au mieux, sur le terrain =E9conomique 
et social les m=EAmes que celles des militants politiques d=92ATTAC (la
taxe 
Tobin est int=E9gr=E9e aux revendications de la CES =E0 Laeken) qui
pr=F4nent le 
lib=E9ralisme r=E9form=E9 ou l=92humanisation du capitalisme, le dialogue
social 
contre de la lutte des classes. Comment en serait il autrement, puisque 
la CES s=92est constitu=E9e pendant la guerre froide en s=92appuyant sur
les 
conf=E9d=E9rations li=E9es =E0 la sociale d=E9mocratie et =E0 la
d=E9mocratie 
chr=E9tienne, pour s=92=E9largir ensuite par cooptation =E0 d=92autres 
conf=E9d=E9rations (CFDT, CFTC, CGT, FO, UNSA - CSC, FGTB =96 UGT =96 CISL,
CGIL 
- DGB =85) dont nous connaissons l=92incapacit=E9 et la r=E9pugnance =E0
organiser 
les gr=E8ves et la gr=E8ve g=E9n=E9rale, seules capables de remettre en
cause 
durablement la logique du patronat et des pouvoirs nationaux. De sommet 
en sommet, la CES continue donc d=92entretenir le mythe du capitalisme =E0 
visage humain. Comme si nos maigres acquis : retraites, cong=E9s pay=E9s, 
sant=E9, =E9ducation ou droits syndicaux, =E9taient le r=E9sultat d=92un
=E9lan 
humaniste du patronat et de l=92Etat et non des luttes sociales.

Si pour l=92heure, les moyens d=92action de la CES sont plut=F4t le
lobbying 
aupr=E8s de la commissions et les rencontres avec des parlementaires, sa 
strat=E9gie, et celle des syndicats nationaux qui la composent, est de 
d=E9crocher une participation aux d=E9cisions de la commission et des 
organismes sociaux europ=E9ens. La cogestion et l'association 
salari=E9s-patrons : c=92est cette strat=E9gie du syndicalisme de
connivence 
et de proposition qui a provoqu=E9 des d=E9bats sans lendemain au sein de
la 
CGT fran=E7aise lors de son ralliement =E0 la CES et de son rapprochement 
pr=E9alable avec la CFDT.

Les strat=E9gies de course =E0 la repr=E9sentativit=E9 de la CES sont
d=E9j=E0 
soutenues par les Etats nationaux qui par les lois Lols, Bassanninni et 
Perben, en Espagne, en Italie et en France concourent =E0 l=92=E9limination

des syndicats anti capitalistes de base pour ne tol=E9rer que ceux 
affili=E9s =E0 la Conf=E9d=E9ration europ=E9enne des syndicats. La nouvelle
donne 
paritaire et cogestionnaire implor=E9e par la CES pour mieux confisquer 
l=92expression des revendications des salari=E9(e)s, lui procurerait aussi 
de nouvelles subventions.

Les manifestations europ=E9ennes de la CES sont toujours programm=E9es en 
semaine mais jamais accompagn=E9es d=92appels =E0 la gr=E8ve qui
permettraient 
aux salari=E9s de se mobiliser. Elles prennent donc la forme de promenades 
bien encadr=E9es par les permanents des directions syndicales. Cela n=92est

pas une originalit=E9 europ=E9enne, nous sommes habitu=E9(e)s aux
"journ=E9es 
d=92action" nationales, alibis de nos conf=E9d=E9rations r=E9formistes 
hexagonales. Ces manifestations m=E9diatis=E9es =E0 grand renfort de 
subventions europ=E9ennes et patronales, permettent de d=E9tourner les 
salari=E9s des v=E9ritables luttes en leur pr=E9sentant le spectacle
d=92une 
contestation de fa=E7ade et d=92un internationalisme au rabais, plut=F4t du

type Europe forteresse. Les r=E9gressions sociales peuvent s=92op=E9rer
sous 
le contr=F4le syndical de la CES et de ses spectacles europ=E9ens. Pendant 
ce temps l=E0 les licenciements se multiplient et malgr=E9 les Comit=E9s 
d=92Entreprises Europ=E9ens aucune action sociale d=92envergure n=92est 
organis=E9e pour s=92opposer =E0 la lutte des classes que le patronat nous 
livre tambour battant.

La participation de la CES au contre sommet de Bruxelles est donc 
totalement n=E9goci=E9e par avance avec la commission europ=E9enne et le 
gouvernement belge, tant sur la forme que sur le fond. La connivence est 
totale avec les =C9tats et les bureaucrates europ=E9ens qui y trouvent
aussi 
pr=E9texte =E0 entretenir l=92illusion de la participation d=E9mocratique
et de 
la "nouvelle gouvernance", version europ=E9enne et sociale de la 
d=E9mocratie de proximit=E9 ou "participative". Les repr=E9sentants de la 
Commission europ=E9enne, MM. Santer et Prodi, ont d=92ailleurs d=E9j=E0
=E9voqu=E9 
le r=F4le qu'ils assignent =E0 la Conf=E9d=E9ration europ=E9enne des
syndicats. M. 
Santer a notamment soulign=E9 "le soutien des partenaires sociaux au 
processus de l'Union =E9conomique et mon=E9taire et la poursuite de la 
mod=E9ration salariale, qui ont =E9t=E9 un facteur cl=E9 pour la r=E9ussite
de 
l'UEM".

L=92internationale rouge et noire renforce sa pr=E9sence aux
contre-sommets, 
elle y porte d=92autres analyses et d=92autres strat=E9gies tout en
rappelant 
que les luttes sociales ne se gagnent pas sur les boulevards 
d=92Amsterdam, de Cologne, Nice, G=F6teborg ou Bruxelles mais sur le lieu
de 
travail. De plus en plus, cette pr=E9sence doit permettre aux salari=E9s de

la base, qui refusent que leurs vies soient r=E9gent=E9es par des
autorit=E9s 
bureaucratiques politiques ou syndicales, de choisir aussi leur cort=E8ge 
lors de ces manifs europ=E9ennes.

A Bruxelles et tous les jours sur nos lieux de travail et de vie c'est 
un v=E9ritable internationalisme de lutte qu'il faut construire pour 
mettre fin =E0 la domination et =E0 l'exploitation. Plut=F4t que d'attendre

les =E9ventuelles avanc=E9es sociales ou r=E9formes d=E9mocratiques
propos=E9es 
par la CES, la commission europ=E9enne ou le parlement de Strasbourg, la 
CNT encourage les travailleurs =E0 se r=E9approprier leurs revendications
en 
s'organisant eux-m=EAmes =E0 la base, en cr=E9ant des comit=E9s de lutte 
ind=E9pendants des syndicats r=E9formistes, en rejoignant les organisations

syndicalistes r=E9volutionnaires, anarcho-syndicalistes et 
autogestionnaires qui se d=E9veloppent depuis quelques ann=E9es =E0 travers

toute l'Europe.




------------------------ Yahoo! Groups Sponsor ---------------------~-->
Buy Ink Cartridges & Refill Kits for Your Epson at Myinks.com
Free shipping on orders $50 or more to the US and Canada.
http://www.c1tracking.com/l.asp?cid=3D5705&lp=3Dhome/epson.asp
http://us.click.yahoo.com/brYXfA/_xWGAA/ySSFAA/qkHolB/TM
---------------------------------------------------------------------~->

To unsubscribe from this group, send an email to:
enlutte13-unsubscribe at yahoogroups.com

 

Your use of Yahoo! Groups is subject to http://docs.yahoo.com/info/terms/ 



*********** END REDIRECTED MESSAGE  ***********




Plus d'informations sur la liste de diffusion Contacts.38