[CNT Contacts.38] Vers la criminalisation des intermittents en lutte ?

Patrick interco.38 pvergain at cnt-f.org
Lun 20 Oct 21:34:14 CEST 2003


Confédération nationale du travail
Secrétariat relations presse
medias at cnt-f.org

CNT spectacle région parisienne
spectacle.rp at cnt-f.org

Communiqué de presse 19 octobre 2003
Vers la criminalisation
des intermittents en lutte ?
La Confédération nationale du travail exprime son soutien avec les quatre intermittents du spectacle arrêtés suite à l’action d’hier soir dans le studio de Star Academy, à La Plaine-Saint-Denis.

L’action organisée par les intermittents en lutte avait pour objectif la lecture à l’antenne de leurs revendications. Immédiatement, les vigiles ont tenté d’instaurer un rapport de force violent. Tandis qu’une partie des manifestants parvenait sur le plateau, déployait une banderole « Eteignez vos télés » et prenait la parole en direct, les autres subissaient les violences d’une trentaine de vigiles. Mais c’est après la sortie de ceux qui étaient sur le plateau que les vigiles se sont déchaînés, encouragés par un individu, apparemment une responsable de TF1, confisquant les caméras et appareils photos. Par ailleurs, Etienne Mougeotte avait ordonné la suspension de l’émission.
Bilan : un manifestant hospitalisés, plusieurs intermittents commotionnés et blessés. Plusieurs caméras et appareils photos ont été par ailleurs détruits ou saisis par les vigiles, qui les ont rendus après avoir effacé les images.
La police a pris le relais en arrêtant 3 manifestants désignés par les vigiles (!), un quatrième manifestant étant arrêté à son domicile dans la matinée de  dimanche.

On peut s’interroger, au regard du déroulement des événements, sur ce qui semble être une stratégie délibérée de TF1 de s’opposer violemment à un mouvement de fond. La chaîne n’est pas ignare en matière de manipulation, en particulier de manipulation des images. Elle a empêché les manifestants de repartir avec leurs propres images, et a utilisé les siennes, dès le journal de 13h, dimanche, pour propager la version officielle, en montrant la violence des manifestants. L’Etat a profité de l’occasion en procédant à plusieurs arrestations immédiates, confirmées par une arrestation le lendemain, ceci légitimant la version offerte par TF1 sur un plateau. Même si toutes les actions qui avaient eu lieu jusqu’alors s’étaient déroulées
dans le calme, les intermittents quittant le plateau une fois leurs revendications exprimées (comme lors de l’émission de Ruquier sur France 2, On a tout essayé, jeudi 16).

La CNT est partie prenante de la lutte des intermittents pour la sauvegarde des annexes 8 et 10, qui concernent leur indemnisation en périodes de chômage. Un système imparfait, mais qui permet à nombre d’entre eux de vivre de leur profession, un système que le MEDEF s’attache à démanteler, avec la complicité de la CFDT et la bienveillance active de l’Etat. Nous dénonçons la logique répressive, la criminalisation d’un mouvement légitime, qui fait peur parce qu’il s’installe dans la durée en restant puissant, parce qu’il est structuré par des coordinations régionales démocratiques, parce qu’il est soutenu par des syndicats, CNT, CGT, SUD, respectueux de la volonté des travailleurs du secteur.
La confédération nationale du travail est solidaire de ses structures intervenant aux côtés des intermittents, leur réaffirme son soutien interprofessionnel, et soutiendra concrètement les quatre camarades interpellés. Elle restera vigilante en attendant de connaître leur sort.

--
Patrick


-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe HTML a été enlevée...
URL: http://cnt-f.org/cgi-bin/mailman/private/contacts.38/attachments/20031020/02f6e98e/attachment.xhtml


Plus d'informations sur la liste de diffusion Contacts.38