[CNT Contacts.38] Essai à l’occasion de la réforme de la sécurité sociale.

Fabien JOANNIDES fabien.joannides at orange.fr
Mar 18 Mai 15:34:26 CEST 2004


Bonjour à tous. J’ai la chance de faire encore partie des classes aisées (mon employeur a mis la machine en route pour me mettre à la porte, mais cela lui prend du temps à cause e quelques procédures imposées par un code du travail qui n’a pas encore fini de se « libéraliser ») et j’en profite pour vous faire part de mon inquiétude pour la situation actuelle. 

En effet avec l’orientation que prend la réforme de la sécurité sociale, le pouvoir en place est en train de finaliser son projet de « réforme » de la société. 

Ce qui me dérange ce n’est pas tant l’existence de réformes (bien que je ne suis pas persuadé que qui que soit en tire avantage, hormis les grandes industries) mais la façon dont elles nous sont imposées.

Le ton du discours met une fois de plus tout en œuvre pour nous culpabiliser afin de nous faire passer la pilule (qui sera certainement générique). Pour résumer la réforme de la sécurité sociale est maintenant inévitable pour faire face aux abus des salariés, qui n’hésitent pas à se mettre en arrêt maladie afin d’échapper au monde merveilleux du travail. 

Ce discours a deux utilités : il permet de légitimer la réforme en cours (étant donné les pressions grandissantes que subissent les salariés, je ne serai pas étonné que de plus en plus d’entres eux soit contraints de se mettre en arrêt pour préserver leur santé physique et mentale) et en plus de diviser l’opinion (pour mieux régner). 

Cependant je tiens à vous faire partager ma vision dela situation actuelle. Je suis entouré de salariés qui ont une bonne situation professionnelle et j’observe qu’un bon ombre d’entres eux ont conscience des dangers de l’orientation que prend la société. Alors qu’est ce qui fait que nous ne manifestions pas et nous ne menions pas d’actions (je me met dans le lot car je ne me considère pas comme actif) : LA PEUR ! 

Cette même peur qui fait qu’une femme humiliée par son mari n’ose pas briser le silence et continue d’encaisser les coups. La peur pour ses enfants, pour l’avenir de ses enfants, peur aussi pour son propre avenir qu’elle n’est même pas capable d’imaginer sous de meilleurs hospices. 

Je pense que si nous souhaitons vraiment que se mette en place une société alternative il est nécessaire de mener des actions et de sensibiliser l’ensemble de la population. Je ne suis pas sur qu’un homme qui roule en Mercedes et s’habille dans des costumes 500 €, ne soit pas dans le même schéma que les plus démunis. Qu’il n’ai pas la même souffrance morale liée à l’exploitation à outrance et le même sentiment de frustration.

Seulement comment peut on demander à un père qui a sa famille à charge de prendre des risques, qui pour lui, risquent de porter préjudice aux personnes qu’il aime ?

Fabien

Si vous le souhaitez vous pouvez me faire part de vos réflexions à l’adresse suivante : 0687107020 at orange.fr



Plus d'informations sur la liste de diffusion Contacts.38