[CNT Infos Isère] [Tract CNT educ 38] Organisons lagrève générale qui seule pourra faire reculer le,bulldozer libérale !

interco.38 interco.38 at cnt-f.org
Jeu 20 Jan 22:48:00 CET 2005


Tous et toutes ensemble contre la politique anti-sociale de l'Etat !

 La dénonciation des choix budgétaires de l'Etat sous diktat du
patronat doit bien être au centre de notre mobilisation tant ils
révèlent une logique libérale désastreuse et violente pour les
personnels comme pour la population dans son ensemble.
 Entre les non-renouvellements de postes, la baisse des recrutements,
le développement de la précarité, les lois de décentralisation ou
encore les lois de « réforme » ou « d'orientation » c'est toute une
logique d'exclusion sociale et de casse des services publics qui est à
l'oeuvre où tous les secteurs sont tour à tour touchés.

 Dans le cas de l'Education nationale cette casse passe aussi par le
projet de nouvelle loi d'orientation scolaire. Dans la lignée des
projets européens d'adaptation de l'Ecole à la société capitaliste et
d'offensives libérales sans précédent (LOLF, décentralisation, loi
Borloo.), le projet de loi Fillon prétend remédier aux difficultés du
système scolaire français. En réalité les mesures annoncées sont
alarmantes : elles vont dans le sens d'une accélération de la
sélection et de la ségrégation scolaires, d'un renoncement à une Ecole
pour tous, d'un retour de l'autorité et du conformisme social, et
d'une diminution du coût du service public d'éducation. Celle-ci va
permettre de flexibiliser et de précariser un peu plus les personnels
tout en augmentant pour la population les inégalités scolaires,
sociales et territoriales.


La précarité promise aux titulaires !

La précarité nous concerne tous. Sans mobilisation, Fillon l'imposera
à chacun.
- disparition des heures de décharges (labo, première chaire...)
- remplacement à l'interne au sein des établissements
- intervention des PLP en collège et des PLC en LP
- Les professeurs stagiaires sont déjà sous tutelle pédagogique (au
moins 14 inspections en un an). Avec les conseils pédagogiques,
c'est au tour des titulaires.

L'École : une entreprise de formation des précaires ?

Non seulement, l'Ecole recourt à la précarité, mais elle fournit et
forme aussi des contingents de précaires ou de futur-e-s
précaires. Fillon s'est ainsi engagé à augmenter le nombre de contrats
d'apprentissage pour les élèves en difficulté au collège dans la
droite ligne du plan Borloo (500 000 contrats d'apprentissage par
an). Or, l'apprentissage est souvent un moyen pour le patronat de
recruter une main d'oeuvre docile et sous payée et il n'offre aucune
qualification pour l'avenir. De même, le rapport Thélot, les lycées
des métiers, le projet de nouvelle troisième renforçaient l'importance
des compétences (plus ou moins définies par le patronat local) aux
dépens des diplômes, c'est-à-dire d'une capacité indifférente au
contexte ayant de ce fait une valeur juridique.
 Bref, c'est un travail de sape contre les conventions collectives qui
permettent d'apporter encore une petite protection aux salariée-s. Les
intérêts de l'entreprise sont d'ailleurs largement défendus puisqu'on
invite de plus en plus les patrons dans l'Ecole.

Grèves perlées, Etat-patron renforcé !

Bref 2005, comme 2004, sera une bonne année pour le MEDEF, ce sera
encore une année de remise en cause de nos acquis sociaux... à moins que
nous ne nous laissions plus faire, que nous prenions le chemin des
luttes pour défendre nos intérêts. Face à une telle situation, les
dirigeants syndicaux nous appellent à des mobilisations en ordre
dispersé : le 18 janvier à la Poste, le 19 pour les cheminots, le 20
pour les salariés de l'éducation et les fonctionnaires. Or, dans tous
les secteurs, dans le privé comme dans le public, nos problèmes sont
les mêmes, ce sont tous les travailleurs qui sont touchés par la
précarité, la baisse du pouvoir d'achat, les suppressions d'emplois et
les licenciements.

C'est donc bien tous ensemble qu'il va falloir se battre pour faire
reculer le gouvernement et le patronat. Alors oui, tous dans la rue
lors des journées prévues en janvier, mais il est nécessaire de
profiter de ces journées de grève pour préparer une riposte d'ampleur,
une mobilisation de tous les travailleurs, du public comme du
privé. Organisons la grève générale qui seule pourra faire reculer le
bulldozer libérale !

-- 
tract de la CNT educ.38
educ.38 at cnt-f.org



Plus d'informations sur la liste de diffusion Contacts.38