[CNT]Manifestations contre les violences faites aux femmes : ce n'est pas une loi qu'il faut voter, c'est un système qu'il faut changer !

liste-cnt at cnt-f.org liste-cnt at cnt-f.org
Sam 27 Nov 22:23:47 CET 2004


Confédération Nationale de Travail
Bureau Confédéral
Secrétariat médias
medias at cnt-f.org

Paris, le 27 novembre 2004
Manifestations contre les violences faites aux femmes :
ce n'est pas une loi qu'il faut voter, c'est un système qu'il faut changer !

La CNT a participé toute la semaine, en France, aux manifestations
contre les violences faites aux femmes.
Pour la CNT, ces violences sont inhérentes au capitalisme qui y trouve
intérêt ; vouloir les "éradiquer" à coups de lois est hypocrite. La loi
réprime des actes individuels quand la CNT dénonce les violences faites
aux femmes comme relevant d'un grave problème structurel. La loi
considère les violences faites aux femmes comme un phénomène privé,
domestique et accidentel quand la CNT les dénonce comme pivot essentiel
du capitalisme.
La domination de la moitié de la population mondiale sur une autre,
trouve sa justification dans l'exploitation de la femme par l'homme.
Voter des lois permettra à tous les exploiteurs d'exploiter les femmes
en toute bonne conscience mais ne changera pas l'organisation du pouvoir
capitaliste, hiérarchisé.
La CNT dénonce la montée de tous les intégrismes ; religieux,
économiques et sociaux, qui font régner l'ordre et la répression sur les
plus pauvres et en premier lieu les femmes. Dans ce contexte
sécuritaire, les régressions sociales pour les femmes sont légion :
droit à l'avortement et au travail remis en question, droit à la
retraite fortement discriminé dans les dernières réformes du secteur
public et des intermittents, discrimination à l'embauche, discrimination
salariale, discrimination vestimentaire.
Le capitalisme a besoin d'imposer un système fortement inégalitaire,
afin de justifier l'injustifiable : la première des inégalités se fonde
sur la différence des sexes. Toutes les violences contre les femmes y
puisent leurs fondements.
La première mise au pas du capitalisme est la soumission des femmes et
des hommes à cet ordre social et moral.
C'est l'organisation du pouvoir dans la société, au travail et dans la
famille qu'il faut changer.


Plus d'informations sur la liste de diffusion Liste-cnt