[CNT]communiqué confédéral : c'est la jeunesse qu'on matraque et qu'on enferme !

liste-cnt at cnt-f.org liste-cnt at cnt-f.org
Mer 20 Avr 23:19:40 CEST 2005


Confédération Nationale de Travail
Bureau Confédéral
Secrétariat médias
medias at cnt-f.org

Paris, le 18 avril 2005 :
Manifestations et grèves lycéennes contre la loi Fillon :
C'est la jeunesse qu'on matraque et qu'on enferme !

Le 2 avril, trois interpellations lors de l'occupation de l'inspection 
académique d'Aix-Marseille.
La semaine suivante, des violences policières à Lille donnaient lieu à 
des matraquages, gazages et interpellations de lycéen-nes.
Mardi 12 avril , lors de manifestations, cinq mises en garde à vue à 
Taverny (val d'oise), onze autres interpellations dans le val d'oise, 
sept interpellations à Vitry-Sur-Seine (val de marne), sept 
interpellations à Gagny ( seine saint denis), quinze interpellations à 
Bobigny (seine saint denis), dont cinq mises en examen après quarante 
heures de garde à vue.
Jeudi 14 avril dix-sept interpellations lors de la manifestation 
parisienne à Paris...
Provocations policières, effectifs policiers démesurés, présence de 
policiers en civil violents pratiquant des interpellations par surprise 
dans les rangs des manifestants, yeux enfoncés dans les orbites, 
insultes raciales dans les commissariats, tabassages au sol, menotages, 
utilisation outrancière des gazs lacrymogènes, mise en scène et faux 
témoignages lors des mises en examen. Les consignes du gouvernement 
semblent donner le champ libre à tous les abus policiers.

Le mouvement lycéen ne s'est pas laissé enfermer dans les oppositions 
racistes lors des premières manifestations, dont toute la lumière reste 
à faire quant à la part de manipulations.
 
Le mouvement lycéen ne s'est pas laissé enfermer par les tentatives 
d'encadrement des deux syndicats lycéens, la FIDL et  l'UNL. Reçus le 
mardi 12 avril par François Fillon, ils acceptèrent ce rendez-vous sans 
inviter la Coordination Nationale Lycéenne et acceptaient le dialogue 
alors que le ministre faisait savoir qu'il ne serait pas question de la 
loi Fillon. Le jeudi 14 avril, plusieurs milliers de lycéen-nes 
participaient aux manifestations appelées par la Coordination.

Le mouvement lycéen ne s'est pas laissé enfermer à attendre les 
syndicats enseignants qui n'appellent toujours pas les personnels à la 
grève après trois mois de mobilisations lycéennes et de violences 
policières.

A bout de manipulations, le gouvernement en vient à enfermer 
physiquement les lycéen-nes, tous mineurs, dans les commissariats, afin 
de briser la contestation : les droits de grève et de manifestation sont 
sérieusement entravés. Comme ce train de manifestant-e-s se rendant à 
Paris pour la manifestation nationale lycéenne mercredi 13 avril,  
interdit de circulation et bloqué en gare de Toulouse.
Depuis une semaine, des barrages policiers devant les établissements 
sont systématiquement imposés. Les élèves doivent les franchir afin de 
se rendre en cours. L'image est évocatrice...

La CNT dénonce la criminalisation du mouvement lycéen et salue la 
détermination de la jeunesse qui a su maintenir sa mobilisation contre 
la Loi Fillon et braver les violences policières, gouvernementales et 
politiques.
Elle en appelle à la conscience des personnels de l'Education pour 
qu'ils ne s'opposent pas aux bloccages, manifestations et grèves à 
mesure que l'échéance du baccalauréat approche.  Pour qu'ils ne 
favorisent pas non plus l'intrusion de la police dans les établissements.

La loi Fillon pénalise gravement tous les acteurs de l'Education et 
renforce les inégalités entre les jeunes : seul-e-s les lycéen-nes ont 
su s'y opposer. Souvenons-nous que nous adultes, avons une mission 
éducative et non répressive. Pour l'heure, c'est la jeunesse qu'on 
enferme. N'y collaborons pas !

La CNT appelle les parents et les personnels de l'Education à rejoindre 
la mobilisation des lycéen-nes pour :
-l'abrogation de la loi Fillon
-l'arrêt des violences policières et l'abandon de toutes les poursuites 
judiciaires engagées contre les lycéen-nes.




Plus d'informations sur la liste de diffusion Liste-cnt