[CNT] infos diverses

Liste publique d'information de la Confédérati Liste publique d'information de la Confédérati
Ven 22 Fév 20:04:07 CET 2008


Au sommaire :

1) JOURNEE CONTRE LA REPRESSION ANTI-SYNDICALE : pour les droits des 
travailleurs !

2) SOLIDARITE AVEC GILLES (mis à pied de La Poste) !

3) CONDAMNATION DE ROMAIN POUR OUTRAGE AU CHEF DE L'ETAT : la Justice 
complice du Pouvoir !

4) PREAVIS DE GREVE DANS L'EDUCATION : semaine du 25 février au 1er mars.

5) CULTURE :
- NON A LA RGPP, OUTIL DU SACCAGE DU SERVICE PUBLIC !
- QUAND LA CULTURE EST MENACÉE, LA DICTATURE POINTE SON NEZ !

------------------------------------------------------------------------

1) JOURNEE CONTRE LA REPRESSION ANTI-SYNDICALE, POUR LES DROITS DES 
TRAVAILLEURS !
Organisée par la CNT education 93 et le Secrétariat international de la CNT
dimanche 9 mars au 33 rue des Vignoles, Paris 20° (Métro Avron ou 
Buzenval) - PAF : 5 euros

Au programme :

1) Projection de 13h précises à 16h : "La question humaine" de Nicolas 
Klotz (projection suivie d’un débat avec le réalisateur).

2) Débat international de 16h à 17h30 : avec des syndicalistes de la 
CNT-PTT, d’ASOINCA (Colombie) et de l’USTKE (Kanakie).

3) Concerts de 17h30 à 21h précises : avec La "Grosse Lulu" (folk) en 
ouverture, puis "Turtle Ramblers" et enfin "Brixton Cats".

http://www.cnt-f.org/international

------------------------------------------------------------------------

2) SOLIDARITE AVEC GILLES, MIS A PIED DE LA POSTE !

Gilles, adhérent de la CNT-PTT 75, figure de proue de la campagne des 
élections CCP sur la DOTC Paris Sud et « meneur » d'une campagne pour la 
reconquête des droits syndicaux pour notre syndicat à Paris, est passé 
en CAP pour une « sombre » histoire sur la base d'un non moins « sombre 
» dossier...
Résultat : mise à pied.

Conclusion : l'exploitant tente-t-il par tous les moyens de se 
débarrasser des « indésirables » ?

Cette mise à pied sans traitement laisse Gilles sans revenus. Vous 
pouvez l'aider financièrement en envoyant vos chèques (mention au dos : 
"Solidarité Gilles CNT PTT Paris") à CNT-PTT Paris, 33 rue des Vignoles, 
75020 Paris.

http://www.cnt-f.org/fedeptt

------------------------------------------------------------------------

3) CONDAMNATION DE ROMAIN POUR OUTRAGE AU CHEF DE L'ETAT :
LA JUSTICE COMPLICE DU POUVOIR !

Le jeudi 14 février, notre camarade Romain Dunand, animateur dans le 
Jura, a été condamné à une amende de 800 euros.

La justice est allée plus loin que les exigences du procureur qui 
accusait Romain d’outrage et qui demandait 750 euros.

Romain, au nom du RESF et de la CNT interco du Jura, avait écrit un 
courriel dans lequel il comparait la politique migratoire de M. Sarkozy 
à la politique de discrimination raciale opérée par le gouvernement de 
Vichy.

Il s’agissait de soutenir un syndicaliste poursuivi pour s’être mobilisé 
en soutien aux sans-papiers et qui a été relaxé.

Comment est-il possible de condamner une telle pensée à l’heure où la 
traque s’intensifie, où les objectifs chiffrés sont martelés, où les 
foyers de travailleurs sont saccagés par les forces de police, où les 
sans-papiers sont enfermés dans des camps de rétention, où les réseaux 
mafieux s’abattent avec encore plus de violence sur des populations 
condamnées à l’illégalité, où les expulsions ont pour conséquences la 
misère, voire même la mort à l’arrivée ... ?

La justice estime que ses décisions n’ont pas à être commentées dans une 
démocratie. Mais qu’en est-il lorsqu’elle se rend complice d’un pouvoir 
qui cherche à baillonner toute critique ?

La criminalisation des luttes sociales ne suffisait plus, il faut 
maintenant interdire la critique, si elle ne prend pas les formes voulue 
par Sarkozy.

Cette condamnation prouve par l’absurde combien est fondée notre 
résolution à défendre les dernières libertés qui nous restent -à 
commencer par la liberté d’exprimer notre solidarité active avec les 
victimes de la politique de l’Etat.

La CNT-FTE dénonce la condamnation de notre camarade.

Elle réaffirme, à cette occasion, l’exigence d’une régularisation de 
tous les sans-papiers.

Fédération CNT des travailleurs-euses de l'éducation (FTE)
http://www.cnt-f.org/fte

------------------------------------------------------------------------

4) PREAVIS DE GREVE DANS L'EDUCATION : semaine du 25 février au 1er mars.

Préavis de grève "généraliste" :
Ce préavis couvre tous les collègues souhaitant débrayer pour protester 
contre tous problèmes liés à la dégradation du service public 
d’éducation tant au niveau local que national.

Préavis de grève contre la chasse aux élèves sans-papiers et leurs 
familles :
Ce préavis vise à couvrir les collègues débrayant pour protester en cas 
d’expulsions d’élèves sans-papiers et de leurs familles, en cas de 
chasse aux clandestins au sein des établissements scolaires.

Préavis de grève spécial DHG :
Ce préavis couvre les collègues souhaitant se mettre en grève pour 
protester contre leur DHG d’établissement. En cette période où tombe les 
DHG et où les difficultés se multiplient pour assurer une école de 
qualité pour tous et toutes, il s’agit pour nous de permettre à tous les 
établissements et collègues le souhaitant, de débrayer pour protester 
contre tous problèmes liés aux conditions de travail dégradées tant au 
niveau local que national.

Ces préavis peuvent être téléchargés ici: 
http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=1924

------------------------------------------------------------------------

5) CULTURE :

- Tract intersyndical

NON A LA RGPP, OUTIL DU SACCAGE DU SERVICE PUBLIC !

Ne nous y trompons pas, la Révision Générale des Politiques Publiques 
(RGPP) est bien un outil de détérioration et de privatisation des 
services publics. En ce qui concerne la Culture, première cible de ces 
attaques, nous sommes face à une volonté politique de mettre fin à 
l'exception culturelle à la française !

Le gouvernement cherche aujourd’hui à remettre en cause le statut et à 
détruire le Ministère de la Culture en tant que tel, en amputant ses 
missions, les moyens de son action et en supprimant des services et des 
postes sous couvert de réorganisation administrative.

Aussi, avec l’ensemble des organisations syndicales du Ministère de la 
Culture signataires, nous nous prononçons :
- Contre la RGPP, qui, au nom de la diminution de la dette et des 
déficits publics, redéfinit les politiques publiques sur un schéma 
libéral avec des administrations « allégées et recentrées », et réduit 
drastiquement le champ et le volume de l’intervention publique,
- Contre la RGPP qui, par les projets législatifs en cours à la Fonction 
publique, va « adapter » les statuts et la gestion des personnels : 
recours aux entreprises d’intérim en substitution des recrutements de 
CDD et de vacataires, possibilité de licenciement des fonctionnaires 
dans le cadre des restructurations des administrations,…,
- Contre la RGPP, qui atomise le Ministère de la Culture en tant que 
tel, par une réduction draconienne du nombre des directions 
d’administration centrale, dont nombre de missions seront abandonnées et 
dont les moyens seront diminués,
- Contre la RGPP, qui multiplie les gels budgétaires, qui accélère les 
désengagements financiers avec une perspective de réduction de 20 % des 
crédits du ministère à échéance de 3 ans et qui accroît la part des 
financements privés dans le budget des opérateurs culturels, comme l’a 
préconisé Nicolas Sarkozy dans la lettre de mission adressée à Christine 
Albanel,
- Contre la RGPP, qui lâche au secteur privé nombre de missions de 
l’Etat opérateur, par le transfert de l’activité d’établissements du 
ministère vers des filiales privées comme à la Réunion des Musées 
Nationaux, mais également dans le secteur de l’archéologie préventive et 
le Centre des Monuments Nationaux, ou qui ouvre une nouvelle vague de 
transferts aux collectivités territoriales des monuments, étendue aux 
musées nationaux,
- Contre la RGPP, qui, après la loi de « décentralisation » Raffarin, 
fragilise encore un peu plus les services déconcentrés, pourtant 
véritables outils des politiques publiques culturelles sur l’ensemble du 
territoire et sans lesquels le ministère n’aurait plus de véritable 
existence,
- Contre ce vaste plan de refonte des politiques publiques, qui entend 
tout privatiser, allant même jusqu’à projeter de commercialiser (vente 
et location) les œuvres d’art et objets des collections publiques.

PLUS QUE JAMAIS, C’EST PAR LA DETERMINATION DE TOUTES ET TOUS QUE NOUS 
ARRETERONS LA CASSE DU MINISTERE

TOUS ENSEMBLE EN GREVE
POUR LE SERVICE PUBLIC CULTUREL
ET RASSEMBLONS NOUS LE 21 FEVRIER
SOUS LES FENETRES DU MINISTERE DE LA CULTURE - AUX COLONNES DE BUREN - A 
PARTIR DE 13 HEURES

CGT Culture - CFDT Culture - CFTC Culture – CNT Culture – SNAC FSU - 
SNAC FO - SUD Culture – UNSA Culture


- Tract du secteur archéologie de la CNT

QUAND LA CULTURE EST MENACÉE, LA DICTATURE POINTE SON NEZ !

Depuis quelques mois, le gouvernement a pour objectif de faire régner 
dans le pays l’ordre et la morale, hérités de la « France d’avant 68 ». 
Parce que les missions et l’existence du ministère de la Culture et de 
la Communication sont un frein à cette dérive idéologique, nos 
gouvernants ont décidé de sacrifier la Culture sur l’autel de la 
Croissance, chère à Attali.

Rare ministère qui a pour mission de développer et de répartir les 
richesses intellectuelles et artistiques, les affaires culturelles ne 
peuvent se soumettre aux dispositions de la logique capitaliste.

C’est dans ce cadre que la Fédération de la Communication, de la Culture 
et du Spectacle de la CNT appelle l’ensemble des agents du ministère de 
la Culture à rejoindre la grève lancée par l’intersyndicale Culture, les 
20 et 21 février ; elle appelle également les usagers à manifester leur 
soutien à la défense de la Culture.

Nous devons nous rassembler :

•    Contre la logique financière et la diminution saignante du budget 
alloué à la Culture ; de l’argent il y en a, dans les caisses du 
Patronat, du Haut-fonctionnariat et de l'Armée !
•    Contre l’externalisation et la privatisation (filiales) des 
missions et des services centraux.
•    Contre le développement des services « déconcentrés » certes au 
plus proche de la population mais aussi plus dépendants des potentats, 
politiques et économiques, locaux.
•    Contre la « simplification » administrative (informatisation 
extrême, suppression arbitraire de corps, mécanisation accrue) qui 
signifie une réduction du personnel et des missions.
•    Contre la dégradation des conditions de travail, de statut et de 
salaire.
•    Contre le développement de la propriété privée, pour la défense et 
l’extension de la propriété collective (œuvres d’art, monuments, 
mobilier archéologique).

Défendre le statu quo ??

Pour autant, nous ne défendons pas la situation actuelle déjà dégradée 
depuis plus de 10 ans : filialisation partielle (RMN, Versailles, etc.), 
transformation en Etablissements Publics (EPA ou EPIC), avant 
filialisation, de nombreuses anciennes missions centrales, inadaptation 
de certains services, instauration d’une précarité massive dans la 
structure de l’emploi, disparité énorme des statuts, etc.

Il appartient aux agents de reprendre leur avenir et de ne plus exister 
à la faveur des oligarques de la République.

Culture pour tous !

La Culture appartient à tous et ne peut être traitée comme une 
marchandise ! Elle doit donc être définie et défendue par tous ! Agents 
comme usagers ! Il est temps de réaffirmer quelques exigences 
fondamentales et de se battre pour leur application :

•    Une culture accessible à tous, sans conditions de richesse ou de 
statut !

•    Une culture délivrée des mécanismes du profit et de la rentabilité !

•    Une culture gérée collectivement par les agents et les usagers !

A l’INRAP, la filiale n’est pas une fatalité !

La dérégulation du secteur culturel réalisée sous la bannière de la RGPP 
touche toutes les branches du ministère et c’est en participant à la 
lutte interprofessionnelle que nous réaffirmerons la légitimité du 
service public d’Archéologie Préventive.

La création de la filiale n’est pas une fatalité comme le laissent 
croire les dirigeants de l’INRAP, encore moins une solution, comme s’en 
félicitent les lobbies d’aménageurs et de politiciens.

Au-delà du démantèlement de la chaîne opératoire scientifique, au-delà 
de l’effondrement de l’équilibre précaire du système financier de notre 
activité, au-delà de la négation du caractère public de ce service 
culturel, ce sont bien la dégradation des conditions de travail et 
d’existence des salariés qui sont en jeu. Et ce seront les plus 
précaires actuellement qui seront les plus malmenés, contraints de se 
vendre au moins disant.

Nous savons que les évolutions de notre métier ne sont dues qu’au seul 
combat syndical et c’est dans ce cadre que nous devons nous investir 
pour défendre notre futur proche et l’avenir de notre établissement.

L’organisation et la fouille du Canal Seine-Nord-Europe ne se feront pas 
au détriment de nos statuts et de nos missions ! L’INRAP n’a pas à créer 
sa propre concurrence !

Contre la RGPP, Contre la filiale,
Définissons en AG nos propres objectifs et moyens de lutte !
En grève le 20 et 21 février !

Les archéologues de la fédé CNT communication-culture-spectacle
secteur-archeologie at cnt-f.org



Plus d'informations sur la liste de diffusion Liste-cnt