[Liste-ftte] Fwd: [Liste-interne-interpro43] Les Guaranis demandent au Brésil de les tuer plutôt que de les expulser

ferme du villeret fermeduvilleret at free.fr
Sam 27 Oct 13:45:17 CEST 2012




mouvementsansterre.wordpress.com
<http://mouvementsansterre.wordpress.com/2012/10/23/nous-demandons-a-la-justice-de-decreter-notre-extermination-totale-la-lettre-de-la-communaute-guarani-kaiowa-de-pyelito-kuembarakay-au-gouvernement-et-a-la-justice-federale-du-bre/>
maxisciences.com
<http://www.maxisciences.com/guarani/les-guaranis-demandent-au-bresil-de-les-tuer-plutot-que-de-les-expulser_art27257.html>
 

    /Nous – 50 hommes, 50 femmes, 70 enfants -, communautés
    Guarani-Kaiowá originaires de Tekoha Pyelito kue/Mbrakay, nous
    voulons exposer par cette lettre notre situation historique et notre
    décision définitive, face à l’ordre de notre expulsion ordonnée par
    la Justice Fédérale de Navirai- Mato Grosso du Sud, dossier nº
    0000032-87.2012.4.03.6006, daté du 29/09/2012.
    //Nous avons reçu l’information que nous, les communautés, allons
    être attaquées et expulsées par la force des rives du fleuve, par la
    propre Justice Fédérale de Navirai- Mato Grosso du Sud. Ainsi, il
    est évident pour nous que l’action même de la Justice Fédérale
    génère et augmente les violences contre nos vies, ignorant nos
    droits de survivre sur les rives d’un fleuve, à proximité de notre
    territoire traditionnel Pyelito Kue/Mbarakay.
    //Ainsi, nous comprenons clairement que cette décision de la Justice
    Fédérale de Navirai- Mato Grosso du Sud est une partie du génocide
    historique du peuple indigène natif de Mato Grosso du Sud /Brésil,
    c’est-à-dire que la propre action de la Justice Fédérale viole et
    extermine nos vies. Nous voulons manifester au Gouvernement et à la
    Justice Fédérale que nous avons perdu l’espoir de survivre dignement
    et sans violence sur notre territoire ancestral et que nous ne
    croyons plus dans la Justice du Brésil.
    //A qui allons-nous dénoncer les violences pratiquées contre nos
    vies ? A quelle justice du Brésil ? Si la Justice Fédérale elle-même
    génère et alimente des violences contre nous ? Nous avons évalué
    notre situation actuelle et nous avons conclu que nous allons/

    /tous mourir dans peu de temps, nous n’avons pas et nous n’aurons
    pas de perspective de vivre justement et dignement tant sur la rive
    du fleuve que loin d’ici. Nous campons ici à 50 mètres du fleuve
    Hovy où ont déjà été tuées 4 personnes, deux par suicide, deux sous
    les coups et la torture d’hommes armés au service des grands
    propriétaires. Nous vivons sur les rives de ce fleuve Hovy depuis
    plus d’un an, nous ne recevons aucune assistance, nous sommes
    isolés, encerclés par les hommes armés et nous avons résisté jusqu’à
    aujourd’hui. Nous ne mangeons qu’une fois par jour. Tout cela nous
    le subissons quotidiennement pour récupérer notre territoire
    ancestral Pyleito Kue/Mbarakay.
    //En réalité nous savons très bien qu’au centre de notre territoire
    ancestral sont enterrés plusieurs de nos aïeux et aïeules, bisaïeux
    et bisaïeules. Ici est le cimetière de tous nos ancêtres. Conscients
    de ce fait historique nous allons et nous voulons être tués et
    enterrés aux côtés de nos ancêtres ici même où nous sommes
    aujourd’hui. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement et à la
    Justice Fédérale de ne pas décréter l’ordre de nous expulser mais de
    décréter notre mort collective et de nous enterrer tous ici. Nous
    demandons, une fois pour toutes, de décréter notre extermination
    totale, en plus d’envoyer des tracteurs pour creuser une grande
    fosse pour y jeter et enterrer nos corps. Telle est la demande que
    nous les Guarani et Kaiowa de Pyelito Kue/Mbarakay, faisons aux
    juges fédéraux.
    //Nous avons tous décidé de ne pas partir d’ici, sachant qu’il ne
    nous est plus possible de survivre dignement sur notre territoire
    ancestral, nous avons déjà beaucoup souffert et déjà nous sommes
    massacrés et nous mourons à un rythme rapide. Nous savons que nous
    serons expulsés d’ici, des rives du fleuve, par la justice, mais
    nous n’allons pas quitter les rives du fleuve. En tant que peuple
    indigène historique, nous décidons simplement d’être tués
    collectivement ici. Nous n’avons pas d’autre option, telle est notre
    dernière décision unanime face à la décision de la Justice Fédérale
    de Navirai- Mato Grosso du Sud./

-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe HTML a été nettoyée...
URL: </pipermail/liste-ftte/attachments/20121027/164db365/attachment.htm>
-------------- section suivante --------------
Un texte encapsulé et encodé dans un jeu de caractères inconnu a été nettoyé...
Nom : Portion de message jointe
URL : </pipermail/liste-ftte/attachments/20121027/164db365/attachment.asc>


Plus d'informations sur la liste de diffusion Liste-ftte